Le Clos Lucé

9 - Les dernières années en France (1516-1519)

Léonard traverse les Alpes à dos de mulet pendant l'été et arrive en France en septembre 1516. Le jeune roi François 1er se prend d'affection pour le vieil homme, l'appelle « mon père », et l'installe au manoir du Cloux - actuel château de Clos Lucé (9.1) - qui est relié par un souterrain au château d'Amboise, résidence royale.

Léonard est nommé « premier peintre, premier ingénieur et premier architecte du roi » et reçoit une pension annuelle de mille écus. Il travaille à de vastes projets architecturaux et hydrographiques (détournement d'un fleuve, canal Loire-Saône) mais surtout il devient le metteur en scène des somptueuses fêtes royales.

Malade et sa main droite paralysé, il ne peut plus peindre mais il dessine encore. En venant en France, Léonard a emporté trois chefs-d'œuvre : La Joconde, La Vierge à l'enfant avec sainte Anne et saint Jean Baptiste, qui sont depuis restés en France et font désormais partie des collections du Musée du Louvre.

Sentant sa fin prochaine, il rédige son testament devant un notaire d'Amboise le 23 avril 1519, puis décède le 2 mai 1519 au Clos Lucé à l'âge de 67 ans. Selon la légende il meurt dans les bras de François 1er, comme le peintre Ingres l'a représenté dans son célèbre tableau «La mort de Léonard de Vinci» (9.2), ce qui est historiquement inexact car le roi était alors à Saint Germain en Laye. En revanche il assistera avec toute la cour à ses funérailles, de même que soixante mendiants, conformément aux dernières volontés de Léonard.

Enterré dans la chapelle saint Florentin du château d'Amboise, sa tombe sera détruite pendant la révolution française et ses ossements dispersés. La chapelle saint Florentin sera également rasée en 1802 sur ordre de Napoléon, mais les restes supposés de Léonard vont être rassemblés en 1874 et replacés dans une autre chapelle du château d'Amboise, saint Hubert (9.3), où le sculpteur italien Francesco La Monaca y réalisera en 1934 un monument funéraire (9.4) avec une simple plaque tombale (9.5).

Un buste de Léonard de Vinci (9.6) est également visible de nos jours dans les jardins du château, tandis qu'une statue en bronze (9.7) de Léonard en Dieu grec, œuvre d'un autre sculpteur italien, Amleto Cataldi, a été placée en 1976 sur l'île d'Or, de l'autre côté de la Loire en face du château. A noter que cette statue, réalisée en 1920 et propriété de la ville de Paris, a été offerte à la France en 1935 par la République de Saint Marin, pour la remercier de l'attitude de Bonaparte en 1796 lors de sa campagne d'Italie.

Retour à la page d'accueil