Florence

3 - Les premiers tableaux à Florence (1478-1482)

A son retour de Vinci en 1478, il ouvre à Florence son propre atelier avec l'aide financière de son père. Il peint alors son premier portrait, celui de « Ginevra de' Benci » (3.1) et deux ans plus tard il commence l'exécution de ses deux premières madones, la « Madone Benois » (3.2) et la « Vierge à l'oeillet » (3.3).

Puis en 1481 il débute deux tableaux qu'il ne terminera jamais : « Saint Jérôme » (3.4) et « L'Adoration des Mages » (3.5), ce dernier commandé par le Monastère de San Donato à Scopeto.

Les ébauches de ces deux oeuvres ne plaisant pas aux commanditaires, elles resteront inachevées. D'ailleurs il semble bien que, malgré ses dons exceptionnels de peintre, ce n'était pas cet art qui intéressait le plus Léonard. En fait, tout au long de sa carrière de peintre, il a privilégié la qualité aux dépens de la quantité, affirmant lui-même vouloir : "produire peu d'ouvrages mais qui seront de qualité", et les gens s'arrêteront pour en considérer avec stupeur les perfections"

A cette époque il est aussi probablement déçu et vexé de ne pas avoir été choisi par le pape Sixte IV pour la décoration de la Chapelle Sixtine au Vatican, où il se voit préférer plusieurs autres peintres, dont ses trois confrères de l'atelier de Verrochio : Le Perugin, Sandro Botticelli et Domenico Ghirlandaio.

Il est en effet considéré par le milieu culturel et politique florentin, en particulier les Médicis, comme un marginal doué mais excentrique et peu fiable. Il va donc tenter sa chance en 1482 dans une autre grande ville : Milan.

Retour à la page d'accueil