La Cène

6 - La Cène (1494-1498)

Cette grande fresque de 4,60 m. de haut et de 8,80 m. de large est nommée « L'Ultima Cena » en italien, c'est à dire « le Dernier Repas ». Elle représente le nom donné par les chrétiens au dernier repas que Jésus-Christ a pris avec ses douze apôtres le soir du jeudi saint, peu de temps avant son arrestation et la veille de sa crucifixion.

Elle est surmontée des trois blasons de la dynastie des Sforza, les ducs de Milan. Elle a été en effet commandée par Ludovico Sforza pour orner le réfectoire du couvent du monastère de Santa Maria delle Grazie, où il voulait implanter le mausolée de sa famille.

Commencée en 1494, Léonard ne la termina qu'en février 1498, passant de nombreux mois à trouver un modèle qui lui convenait pour la tête de Judas. Elle se réfère à une tradition remontant au Moyen-Age qui voulait que les moines aient sous leurs yeux, en prenant leurs repas, l'image de celui de Jésus avec ses disciples.

Les personnages représentent donc les douze apôtres accompagnant Jésus soit, de gauche à droite, Barthélemy, Jacques le Mineur, André, Judas, Pierre, Jean, Jésus, Thomas, Jacques le Majeur, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon.

Au lieu d'utiliser la technique classique de la fresque qui consiste à appliquer directement les pigments sur l’enduit encore frais, ce qui assure une excellente conservation à l‘œuvre mais n'autorise aucune retouche, Léonard a préféré peindre à sec sur le mur, ce qui lui permettait de travailler quand il le désirait et admettait les reprises.

Ce choix, associé à l'humidité élevée du local, a malheureusement nui à la conservation de l’œuvre qui, dès le début du XVIe siècle, commença à se dégrader. Une première campagne de restauration eut lieu dès 1726, et sera suivie par cinq autres en 1770, 1901, 1924, 1947 et enfin la dernière de 1978 à 1999. On peut donc douter de la correspondance de l'oeuvre visible aujourd'hui avec celle d'origine, car il ne doit pratiquement plus rester trace de la peinture initiale.

Malgré ces vicissitudes, la Cène a fait grande impression du temps de Léonard et reste un des chefs d’œuvre de l'art pictural, copié à de nombreuses reprises au cours des siècles suivants et dont Salvador Dalí a réalisé une interprétation moderne en 1955 avec sa « Dernière Cène ».

Retour à la page d'accueil